Étiquette : Toutes

 

Remerciement

Cie Décalé Koné

Binvenu sur notre site

Aller à la page d’accueil

Confirmation d’inscription

Le Doussou

Le Doussou - Cie Décalé KonéUne Association multiartistique et culturelle non lucrative qui base ses action sur ladécouverte, la pratique et la transmission de la Danse.

Présentations artistiques et pédagogiques

L’association LE DOUSSOU (loi 1901) expérimente des travaux privilégiant la transversalité des genres artistiques, prospecte de nouveaux espaces, le décalage des idées, le décadrage du matériau à travers les action de la « Compagnie Décalé Koné« , sa branche opérationnelle.

Le Doussou veut porter l’art vers ceux qui n’osent pas aller vers l’art.

Dans un souhaite de contribution à la construction commune, ses créations et ateliers pédagogiques s’intéressent à l’actualité et aux problèmes sociaux et propose des espaces de réflexions collectives…

.


.

.
Objet social

Faire découvrir et promouvoir la richesse et les diversités des cultures africaines, occidentales et orientales au travers de :
1- La transmission de la pratique artistique à un public le plus large possible et notamment en situations de difficulté ou d’exclusion sociale.
2- La création et la production de spectacles vivants

L’association utilise les moyens d’action suivants, par l’enseignement et la pratique des danses, des musiques et de tout autre forme d’art,

 

modes d’actions

La transmission : des stages, des cours et des démonstrations, des projections vidéo et diapos, des expositions ventes d’arts (photos, vidéos, peintures, artisanats …)

La création : des aboratoires de recherches, ateliers de créations, résidences artistiques, productions de spectacles vivants,

Vie associative : organisation de repas / débats, des voyages et des échanges culturels,

 

Ambitions

Nouer et entretenir des partenariats, élargir notre réseau de collaborateurs, apprendre et partager des connaissances dans l’objectif du mieux vivre ensemble ici et ailleurs.

.


.
Présentation administrative et juridique
Présidente – Antoine MENDY
Trésorière – HENDERSON Francès
Chorégraphe – Ibrahima KONE
Assistante Chorégraphe – Magali GUIRAUD
Forme juridique – (Association loi 1901)
SIRET : 43324468800035
Code APE : 9499Z
Déclaration en préfecture le 08 septembre 2000 – sous le numéro : 0133095559
Publication au journal officiel sous le numéro 3217 – Déclaration N° 288 du 06 juillet 2002Notre historique
DOUSSOU (langue Bamana) signifie le cœur. Entendez, « à cœur vaillant, rien d’impossible » L’association fut créée le 08 septembre 2000 en préfecture des Bouches-du-Rhône à Marseille.

.

Mentions Légales

Ce blog est destiné à présenter la compagnie « Décalé Koné », foctionnant sous l’égique de l’association « Le Doussou ». Les éléments écrits, vidéographique ou photographiques de nos pages, ne peuvent en aucun cas être utilisées par un tiers sans l’autorisation écrite de la Direction. L’ensemble du contenu de ce site est placé sous la loi du copyright.
Ce site est édité par :
La Compagnie Décalé Koné – Association Le Doussou
Cité des Associations – Boîte 135
93, La Canebière – 13001 Marseille

SIRET : 433 244 688 000 35
APE : 9499Z
Hébergement : https://fr.wordpress.com
Conception web : Compagnie Décalé Koné
Responsable de la publication :
Ibrahima KONE

PROPRIETE INTELLECTUELLE / DROITS CONCEDES AUX UTILISATEURS
La compagnie Décalé Koné S/C Association Le Doussou et/ou ses partenaires sont les titulaires exclusifs de tous les droits de propriété intellectuelle portant tant sur la structure que sur le contenu du site www.compagnie-decale-kone.org et ce dans le monde entier.

.
La compagnie Décalé Koné consent à l’utilisateur le droit de reproduire tout ou partie du contenu du site pour stockage aux fins de représentation sur écran monoposte et de reproduction, en un exemplaire, pour copie de sauvegarde ou tirage sur papier. Ce droit est consenti dans le cadre d’un usage strictement personnel, privé et non collectif, toute mise en réseau, toute rediffusion ou commercialisation totale ou partielle de ce contenu, auprès des tiers, sous quelque forme que ce soit, étant strictement interdite.

.
Nonobstant les droits de reproduction et de stockage tels que strictement définis ci-dessus, et sauf autorisation préalable et expresse de la compagnie Décalé Koné, l’internaute s’interdit de reproduire et/ou d’utiliser les marques et logos présents sur le site www.compagnie-decale-kone.org, ainsi que de modifier, copier, traduire, reproduire, vendre, publier, exploiter et diffuser dans un format numérique ou autre, tout ou partie des informations, textes, photos, images, vidéos et données présentes sur ce site. La violation de ces dispositions impératives soumet le contrevenant, et toutes personnes responsables, aux peines pénales et civiles prévues par la loi.

.
LIMITATION DE RESPONSABILITE
Ce Site comporte des informations mises à disposition par des sociétés externes ou des liens hypertextes vers d’autres sites qui n’ont pas été développés par la compagnie Décalé Koné. Le contenu mis à disposition sur le Site est fourni à titre informatif. L’existence d’un lien de ce Site vers un autre site ne constitue pas une validation de ce site ou de son contenu. Il appartient à l’internaute d’utiliser ces informations avec discernement et esprit critique.

Concept « a.c.t. »

..Décalé Koné

 

Décalé Koné

« A.C.T. » (Art pour Chacun et pour Tous) est un concept crée pour voire  la danse au-delà du spectaculaire. Ici l’on parle d’un outil de construction humaine et sociale avant le savoir-faire d’artiste. C’est la danse vue dorénavant comme « Mouvement du corps, accessible par tous ».

Ce concept né, du chorégraphe autodidacte Ibrahima KONE, propose via la « Cie Dcalé Koné » des actions pédagogiques artistiques allant au-delà des codes et des cloisonnements, des idées préconçues ou arrêtées. Il s’agit surtout de penser et faire ensemble, en s’invitant au doute, au questionnement et à l’imagination collective. C’est une vision qui veut encourager plutôt que classer, se compléter plutôt que se comparer, aider plutôt que juger. L’on y pratique « La Danse« , et non « Une Danse.

De ce concept se décline régulièrement (depuis 2013) des projets adaptés, avec des thèmes et des objectifs bien déterminés, privilégiant certains secteurs.

 

Décalé KonéDécalé KonéDécalé KonéDécalé KonéDécalé Koné

 

 

 

.


 

Retour en image sur « A.C.T. » au collège !

 

 

A.C.T. à la Maison de vies de Carpentras « Princesse Stéphanie de Monaco »

 

Motivations de l’initiateur

Ibrahima KONE est chorégraphe, professeur de danse et metteur en scène autodidacte, avec 23 années d’expériences en Afrique, Europe et Amérique.  Il souhaite réinvestir ces nombreuse connaissances, et pour mener « A.C.T. » il reste ouvert et s’entoure d’autres compétences, notamment de Mélinda CHAÏB-AÏNOU (Educatrice spécialisée), en milieux médico-sociaux, elle-même danseuse au sein de la Compagnie.

Le Chorégraphe renforce en 2017 son souhait de contribuer au partage des compétences, par l’écriture de son livre, « Procès de la Danse », dont il tire une création chorégraphique et dans lesquels, il traite de la relation Enfant/Parent/Danse. Il souhaite aussi que ces 2 outils servent de supports éducatifs et d’échanges, sur le court, moyen et long terme.

C’est dans cette démarche qu’il mène ses ateliers de manière participative en vue de proposer un espace de bien-être partagé. Dans le projet « A.C.T. », ces œuvres serviront d’outil de travail pour une ouverture, une réflexion et un bénéfice plus large.

« A.C.T. » Danser pour mieux se sentir à 80 ans et sans la vue

En une vingtaine de séances : la danse peut-elle faire grandir ?


 

 Savoir plus sur Ibrahima KONE

.

...Cie Décalé Koné

.

L’élément vidéographique ci-dessous, résumant des ateliers animés par le chorégraphe Ibrahima KONE et l’enseignante Magali GUIRAUD, a servi de support à la conférence que les élèves eux-mêmes ont animé.

 

En 2015 au Collège/Lycée Tour Sainte

16 séances de travail ont permis au chorégraphe Ibrahima KONE et l’enseignante Magali GUIRAUD, à accompagner ces jeunes  dans des apprentissages de danseurs, conférenciers, conseillers, graffeurs, caméramans… Nous sommes disposés à davantage de partenariats. – Bientôt le bilan écrit de l’action.

.

A.C.T. Coupure de presse

.

Cet élément résumant des ateliers animés par le chorégraphe Ibrahima KONE et l’enseignante Magali GUIRAUD, a servi de support à la conférence que les élèves eux-mêmes ont animé.

 

 


Ibrahima KONE intervient sur l’Éducation artistique à RTI2 – Côte d’Ivoire

.


  Contacts :

Direction artistique : Ibrahima KONE – koneibrahima@neuf.fr

Compagnie Décalé Koné / Association Le Doussou
Adresse: Cité des Associations – 93, La Canebière – 13001 Marseille
Tél : 04.86.97.37.40
Mail: compagniekone@gmail.com


Partenaires et soutiens

 

 

L’enseignant

         

 Ibrahima KONE

Photo Ibrahima KONE - Le Professeur

Sa vision pédagogique de la Danse :

« Enseigner, c’est donner à l’autre mais aussi, recevoir de lui. Si danser c’est aussi bouger, alors celui qui sais bouger, sait déjà danser, par sa façon. Alors, l’on ne fait que proposer à l’autre, sa façon à lui  de bouger. »

Il privilégie la liberté de l’expression dansée, pour éviter le formatage de l’apprenant, l’inviter à créer en considérant surtout ce que lui-même sait déjà faire. Il part donc des atouts individuels pour proposer des voies de progressions, aidant le corps à bouger sans se contraindre. Il accompagne dans la prise en main de son propre mouvement, pour davantage d’autonomie…

.

 


.

                                            1 Joindre la gestuelle à la parole

.

 

                         2- Partages culturels et connaissance du mouvement dansé

.


 

                                                 3- Éducations par la danse

  


.

                                          4- Le plaisir de danser ensemble

 


.

                                      5- Partages culturelles à travers la danse

 


 

Contre l’élitisme exclusif

Il souhaite laisser juger son travail, non en citant des noms de personnes « élites » avec qui il a pu travailler ou se former, mais plutôt, par des peuvent montrant la qualité des résultats que lui-même a pu fournir sur le terrain. Cela est pour lui une démarche de soutien à l’égalité « vrai » des chances.

 

En termes de pédagogiques : « La danse, un outil d’épanouissement et d’intégration »

 

– En 2016, via la danse, il accompagne « Collette », une femme aveugle de 80 ans, désireuse de retrouver la joie de vivre, cette personne ayant connu une jeunesse difficile. Au bout 12 séances de 30 minutes chacune, Collette exprime de manière autonome tout son plaisir d’être, à travers une chorégraphie proprement structurée, de 4 minutes.

– En 2016 il accompagne dans un cadre d’amélioration de l’autonomie, un groupe de composé d’autistes, de malades mentaux et de handicapés moteurs résidents à la « Maison de vie l’Astrée » à Marseille. Résultats ; les participants produisent en 12 séances de 2h chacune, une chorégraphie de 10 minutes sous l’étonnement et la satisfaction des responsables et encadreurs.

–  En 2015 Dans un cadre d’éducation artistique et culturelle en direction des élèves du Collège/Lycée Tour Sainte, il anime des ateliers de danses. Résultats ; les élèves ont fait montre de talents de : danseurs, conférenciers, costumiers, gaffeurs, sous la satisfaction des parents et responsable d’école.

– En juin 2013, Il anime des Ateliers de danses en et d’expressions à l’Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs de Marseille, intégrant les détenus, les encadreurs et les surveillants. Résultats ; il y bénéficie des attestations de références de la Directrice et du Proviseur de l’établissement, respectivement représentants des Ministère français de la Justice et de l’éducation nationale.

 

– Autodidacte, Ibrahima KONE enseigne la danse depuis août 1994. Il est actuellement professeur de danses titulaire d’une Attestation de Compétences Professionnelles de la DRAC PACA pour l’enseignement de la danse dans les établissements des 1er et 2nd degrés. Il est également, formateur de formateur au « Programme régional de formation des formateurs en danses d’ici et d’ailleurs » – Conseil Régional PACA.

 

Le Chorégraphe / Auteur

photo-vlc2014-11-29-15h30m30s341Sa motivation dans l’art !

Ibrahima KONE, se reconnaît d’abord comme un citoyen pour qui la danse est l’outil de travail par lequel il apporte sa participation à la construction sociale et collective.

...Auteur/chorégraphe/autodidacte. Il considère la danse comme une matière brute, indépendante de toute suprématie humaine. Il décide de pratiquer « la danse » et non « une danse« , et privilégie la transversalité des formes artistiques dans ses créations…

.

.

       Un paradigme clair sur la notion d’Étranger et la création artistique!

.


.

.                                       PROCÈS DE LA DANSE – Création 2016

Pracès-de-la-Danse-Ibrahima-KONE

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Procès-de-la-Danse-


 

 

 

.


                                              


                                            .

                                               BALANCE – Création 2013

« Balance », un immigrant à la fois Américain, Asiatique et Africain, s’envole pour un ailleurs meilleur. De la naïveté à la haine en passant par la ruse, il « balance » : retourner au bercail ou squatter ?

.


                                             .

                                               MIGRATIONS – Création 2014

Ibrahima KONE co-initie ce projet  avec le vidéaste Fabien LEBLANC.

« Ce projet, parole dansée est une série de 5 vidéos (pour le 1er volet) décrivant des moments de migration tels que le départ, le voyage, l’arrivée, l’effondrement du « rêve » et « rétention-répétition ». Initiée par Fabien Alberto-Leblanc et chorégraphiée par Ibrahima Koné, la série connaitra un second volet qui se déroulera à Ceuta (Espagne), à Lampedusa (Italie) et à Sangatte (France). »  –  Fabien LEBLANC

.


.

PROCHAIN ARRÊT « Voie A » -. Création 2014

Rapprocher, se rapprocher, rendre la danse accessible et permettre même aux non danseurs, de pratiquer la danse, tous ensemble en espace urbain.

.

                                                                                            Il est complètement décalé

photo-vlc2014-11-29-15h37m30s134Inutile de demander à Ibrahima KONE, d’où il puise ses inspirations. Il vous dira comme d’habitude, que « la meilleur école de la connaissance se fréquente au quotidien. En d’autres termes ; « la création chorégraphique est un outil servant à matérialiser une expérience, un vécu, une idée.

Il met en scène son corps son âme et son esprit pour raconter le passé, le présent, le réel et l’irrationnel, la force de la pensée, et de la variété expérimentale pour emmètre ses propres idées. Pour lui, « tout enseignement d’où qu’il provienne est une source réflexion ».

.


.

                                                      DIALOGUE DANSE

..


.

« Balance » – Création 2013

 « BALANCE », ou le tourment de l’Étranger

                     BALANCE - Ibrahima KONE

Note d’intention « Balance »

Comment clamer aux siens son loyalisme culturel quand on a choisi de résider ailleurs, conserver la raison dans un nouveau monde là où loup et agneau se confondent. Cette situation de «qui suis-je?» permet à Ibrahima KONE d’évoquer la confusion de l’Étranger qui, fidèle à son identité, recherche une place dans la société contemporaine. Ce Français d’origine ivoirienne commence par poser un regard critique sur lui-même, sa bi-culturalité Euro-africaine et ses échanges quotidiens.

« Le cul entre deux chaises je me sens étranger où que j’aille, alors je me questionne. Je t’aime me dis-tu, mais à me regarder à travers tes yeux, je ne suis qu’un étranger pour peu dire, et étrange pour plus ».

Dans un mélange de styles de danses et genres artistiques, une décharge d’énergie physique mêlant des cris des rires et d’autres sonorités encore, le chorégraphe se débarrasse du mal-être qu’il garde de l’hypocrite humaine. Pour enrichir son travail et affirmer son ouverture il fait usage d’arts comme la comédie, le monologue, la musique corporelle et le Karaté. Il incarne trois identités différentes qui évoluent tour à tour dans des couloirs lumineux très étroits, dévoilant des déceptions, ruses et contritions. A travers trois aventures superposées l’artiste crée autour de lui des interlocuteurs parfois invisibles et d’autre fois symbolisés pour tenter de croire, comme il le dit, que :  » l’autre n’est pas à l’origine des idées préconçues, mais qu’il s’en imprègne au point de se façonner ».

Ibrahima KONE

.

Synopsis

Balance, un immigrant à la fois Américain, Asiatique et Africain, embarque frauduleusement dans un avion pour un ailleurs meilleur. Heureux d’avoir accompli son voyage de rêve, l’étranger fera montre de sa naïveté et de toute sa ruse. Pour survivre il connaîtra d’abord la manche dans la rue puis le mariage blanc avant de se retrouver dans la tourmente qui caractérise son personnage : continuer de squatter ou retourner au bercail ?

..


 « Focus sur « BALANCE » en sortie de résidence de recherche au Pavillon noir…


 Article de « Zibelin » à propos de la sortie de résidence…


.

. Démarche

Le thème abordé par la chorégraphe, lui rappelle ses origines et le jour de son départ d’Afrique, sa terre natale. Désormais il se sent étranger partout, même en France là où il réside et promeut depuis 15 ans les valeurs culturelles de chez lui par l’enseignement des danses traditionnelles. Il se sent aussi étranger lorsqu’il retourne en Côte d’Ivoire. Pour les siens, il ressemble désormais aux « Blancs ». Il y a là une ferme volonté de l’artiste de comprendre comment s’ouvrir à d’autres lorsqu’on appartient à un peuple,  de comprendre d’où l’on vient, où l’on va et pourquoi ? Ibrahima sonde l’être humain à la recherche de vérités vraies dans ses échanges.

Comment être lorsque l’on ne sait plus où l’on va ? Balance où qu’il soit est étranger, de quel continent, pour lequel ? Le danseur Ibrahim Koné joue entre mime et danse. Pour lui, tout mouvement est de la danse. Pour renier sa race d’étranger il raconte dans un voyage les tribulations d’un personnage multi-identitaire, qui rêve d’un ailleurs forcément meilleur, ses désillusions, ses  espoirs… un parcours où les genres se fondent au profit de l’expression.

Le vieux thème de l’Etranger intrigue ce chorégraphe, français d’origine ivoirienne, qui en discute dans une pièce où humour et drame cohabitent. Son travail tend à laisser de plus en plus parler les corps dans un métissage de danse qui, même si elle reste théâtrale, cherche à se déployer dans toute sa portée évocatrice.

Dans cette œuvre on peut constater que le corps veut dire, veut exprimer des états d’âme et d’être. Ibrahima KONE élabore assez rapidement un univers où le dialogue se fait réel entre la « belle danse » et le « beau discours chorégraphique ». Ce dialogue varie selon les sujets qu’il approche, laissant parler soit plus les corps, soit plus le sens de la réflexion.

 

A propos de BALANCE

La création « BALANCE », nourrie d’une forte diversité, privilégie l’ouverture de l’expression artistique. En cours de fabrication depuis 2012 elle développe le concept de la « Comédie danse », démarche artistique associant la danse à la comédie et au mime, et qui marque un équilibre entre le propos artistique et l’esthétique. – Ibrahima KONE s’appuie sur ses 21ans de parcours personnel, entre les frontières géographiques et artistiques, pour s’imaginer dans la peau, et mettre en scène son étranger, à la fois Américain, Européen, Asiatique et Africain.

 

qu’est-ce qu’un étranger ?

« … Il faut partir de l’adverbe latin extra (également préposition et préfixe) qui signifie « en dehors ». Dès l’époque latine, on a construit sur extra un adjectif dérivé : extraneus, qui, par une évolution phonétique normale, a abouti à estrange, puis à étrange (…). Mais étrange a développé le sens de «bizarre», «singulier», «extraordinaire».
À une époque où les voyages étaient moins fréquents qu’aujourd’hui, des habitudes, des manières, des vêtements, des objets peu connus pouvaient facilement susciter l’étonnement. Le double sens du mot étrange devenait gênant. Des gens étranges pouvaient être des étrangers, mais aussi, simplement, des personnes qui sortent de l’ordinaire. (…) Mais le remède à cette ambiguïté est apparu dès Ie XIVe siècle, avec la création du mot « étranger », qui a pris le sens ancien et premier du mot, alors que le mot « étrange » a porté le sens secondaire».                                                                                                                                                                                                              « Passion Lettres »                                                                                                                                                                                                                                                                                      0   Cette définition par opposition pose un problème à l’individu qui, rapportant ses représentations culturelles, sociales, religieuses, mentales, tente de s’intégrer. A chaque instant de sa vie, et dans toutes ses activités sociales, il est renvoyé.., à ce qu’il n ‘est pas. Plus loin encore, les transferts de projection dont il est victime font de son dialogue culturel un vrai cauchemar.

Ainsi, s’il veut être accepté, l’idée que ses habitudes, sa manière de penser et de concevoir le monde doivent changer, implique une forme de « désintégration » de ses valeurs identitaires.

La résistance à cette perte d’individualité le place dans un « double bind », qui rend l’adaptation impossible. S’il accepte de « perdre une partie de lui », l’individu a le sentiment de se perdre. Mais s’il n’accepte pas de perdre une partie de lui, l’individu perd ses repères, et se perd aussi, dans la société. Somme toute, le choix qui lui reste est de faire le deuil soit de son intégrité envers lui-même, soit de son intégration dans la société.

photo-vlc2014-11-29-15h36m20s209A travers cette pièce qui met en scène les situations de vie concrètes, illustrant la précédente réflexion, «BALANCE» cherche une alternative. Cette notion d’étranger, qui le mine nous emmène encore au-delà. C’est donc à une dimension intercontinentale que le chorégraphe veut attirer l’attention sur la notion d’Etranger, en incarnant un étranger multi-identitaire. Il veut encourager la tolérance et l’acceptation de l’individu non conforme à la norme.

 

– Recherche musicale
L’artiste propose un univers sonore où des sons émis par le corps humain, des objets ordinaires ou encore des éléments de la nature rejoignent ceux des instruments pour aboutir à une musicalité originale.

 

Galerie photos – cliquez sur l’image

photo-vlc2014-11-29-15h29m10s253


 

Lire quelques retours de spectateurs

 RETOURS - Balance 3BIS F vendredi 26 septembre 2014_page001RETOURS - Balance 3BIS F vendredi 26 septembre 2014_page002RETOURS - Balance 3BIS F vendredi 26 septembre 2014_page003

 

Ci-dessous, proposition de lecture facilitée des retours

RETOURS - Balance 3BIS F vendredi 26 septembre 2014 PLUS DE FACILITE DE LECTURE ICI_page001                       RETOURS - Balance 3BIS F vendredi 26 septembre 2014 PLUS DE FACILITE DE LECTURE ICI_page002                             RETOURS - Balance 3BIS F vendredi 26 septembre 2014 PLUS DE FACILITE DE LECTURE ICI_page003

 

 


 Equipe artistique et technique
– Ecriture, Chorégraphie et interprétation: KONE Ibrahima
– Lumière / Plateau: Céline GALIN
– Création musicale: Éric LEMAIRE, Hervé GASCIOLLI
– Captation vidéo: -Fabien LEBLANC
– Montage vidéo: Ibrahima KONE

Téléchargez « Dossier artistique – 2015« 

Activités

Enseignements

 

.

Créations

.

 

 

Presse/Médias