Auteur : Décalé KONE

Compagnie fondée en 2014 sous l’égide de l’association (loi 1901) "LE DOUSSOU", pour pérenniser les actions artistiques culturelles et artistico-pédagogiques menées par cette structure depuis 2000. Ses idées se rattachent à la démarche "décalée" de son chorégraphe et directeur artistique Ibrahima KONE, engagé depuis 19 ans dans un processus de recherches orientées vers le croisement des types de danses et des formes artistiques.
 

Photos « Procès de la Danse »

Inscription cours danses africaines

.

Cours danses africaines avec Ibrahima KONE

.

Cours danses africaines avec Ibrahima KONE..

Savoir plus sur le professeur

 

Inscriptions – Stages

.

Inscription stages danses africaines Cie Décalé Koné

.

 

Archives vidéos

Archives

Vidéos

« Procès de la Danse »

.

Imaginé par Ibrahima KONE, « Procès de la Danse » est un concept développé par la « Cie Décalé Koné ». Il décline des actions concrètes en liant : le littéraire, l’artistique, le pédagogique, l’éducatif, le socio-culturel.

Une éthique : Encourager plutôt que rebuter, se compléter plutôt que se comparer, faire ensemble plutôt que trier, aider plutôt que juger.

Cie Décalé Koné

Toutes les actions suggérées, sont menées de manière inclusive pour chercher ensemble de nouvelles façons de concevoir et de faire, au-delà des idées arrêtées et des discriminations. L’ambition de ce concept est de créer, associer et proposer des actions pouvant contribuer à la construction commune tout en invitant au doute, au questionnement et à l’imagination collective.

Il s’agit de tenter de comprendre pourquoi l’on est insatisfait, et de penser des formes de contributions pour des issues meilleures. La Danse se trouve être ici à la fois le bouc émissaire et l’outil rassembleur.

 


 

Cie Décalé Koné

 

.Teaser création « Procès de la Danse »

 

    .

Se sentant berné par la danse après 23 ans de collaborations, le chorégraphe porte plainte contre celle-ci pour violation de domicile, enlèvement et séquestration. Au tribunal, le verbe sera son outil de témoignage et le mouvement, sa pièce à conviction. Pendant 45 minutes, parole, danse, rythmes et cadences se tutoient pour raconter des faits, où l’artiste met en question sa propre éducation fortement façonnée par la Danse.

    Il retrace son parcours avec la Danse, mettant en lumière la relation Enfant/Parent/Danse, la raison du plus fort, la place de l’artiste dans un société société en mal. Tour à tour, Ibrahima incarne le danseur, l’orateur, l’humoriste et le « musicien corporel » pour exprimer ses inquiétudes.                                                                                                                                                                                     Ibrahima KONE

 

Présentation et démarche « Procès de la Danse »

 

Les ambitions et les sources d’inspirations de l’auteur

..Ce chantier littéraire et artistique nourrit l’ambition essentielle du réinvestissement de 23 années d’expériences professionnelles diverses, mais évoquent aussi une ferme volonté de l’auteur de participer à travers ces arts, à la construction collective.

 La pauvreté financière, que j’ai toujours connu, m’a aidé à m’éclairer sur la doctrine du pouvoir, et très jeune donc, j’ai appris à penser et à participer à ma propre construction.

 Parti de ma Côte d’Ivoire, m’intégrer en France, ou  m’adapter à la France ? Cette question a fortifié mon paradigme souvent décalé des sentiers battus, et aidé à écrire ma propre histoire.  

 

  Les sens d’orientations et la pédagogie de l’auteur

 Dans cette action je tente de proposer un double-support d’échanges par le lien entre l’écriture littéraire et l’écriture corporelle. J’essaie également d’encourager à la contradiction sans prioriser la haine, le jugement ou-même la comparaison, et en soutenant quelques valeurs :

L’« élévation » des mentalités et non l’« éducation » des mentalités, la liberté de penser et non de la recevoir, l’égalité des chances et non de l’élitisme excluant.

 


Le livre

C’est l’histoire d’un adolescent dont l’éducation fut conjointement assurée par le Père et la Danse. La Danse voulait de lui, quand le père, lui, ne voulait pas de la Danse. Déchiré entre les 2, l’auteur scrute cette belligérance Enfant/Parent/Danse, et insiste sur les évolutions de la guerre ainsi que ses retombées au fil des années.

C’est un livre autobiographique, et dont l’artiste décline un volet chorégraphique.

 ..

Une vision, une démarche pour un engagement

En portant plainte contre la Danse pour violation de domicile, enlèvement et séquestration, l’Ivoiro-français, victime de sa double culturalité, s’interroge sur le rôle du chorégraphe et de sa Danse dans la société contemporaine. L’étranger est-il un citoyen à part entière, se demande-t-il ?

Au risque de paraître décalé des « cases », et de subir les sanctions, l’artiste, polyvalent, fusionne différente formes d’arts, pour proposer ses idées plutôt que critiquer l’imparfait. De l’écriture d’un livre à la création d’une œuvre chorégraphique, il veut soumettre deux supports de lectures en vue d’ouvrir un angle de réflexion plus large.

 

.

 

Remerciement

Cie Décalé Koné

Binvenu sur notre site

Aller à la page d’accueil

Confirmation d’inscription

Le Doussou

Le Doussou - Cie Décalé KonéUne Association multiartistique et culturelle non lucrative qui base ses action sur ladécouverte, la pratique et la transmission de la Danse.

Présentations artistiques et pédagogiques

L’association LE DOUSSOU (loi 1901) expérimente des travaux privilégiant la transversalité des genres artistiques, prospecte de nouveaux espaces, le décalage des idées, le décadrage du matériau à travers les action de la « Compagnie Décalé Koné« , sa branche opérationnelle.

Le Doussou veut porter l’art vers ceux qui n’osent pas aller vers l’art.

Dans un souhaite de contribution à la construction commune, ses créations et ateliers pédagogiques s’intéressent à l’actualité et aux problèmes sociaux et propose des espaces de réflexions collectives…

.


.

.
Objet social

Faire découvrir et promouvoir la richesse et les diversités des cultures africaines, occidentales et orientales au travers de :
1- La transmission de la pratique artistique à un public le plus large possible et notamment en situations de difficulté ou d’exclusion sociale.
2- La création et la production de spectacles vivants

L’association utilise les moyens d’action suivants, par l’enseignement et la pratique des danses, des musiques et de tout autre forme d’art,

 

modes d’actions

La transmission : des stages, des cours et des démonstrations, des projections vidéo et diapos, des expositions ventes d’arts (photos, vidéos, peintures, artisanats …)

La création : des aboratoires de recherches, ateliers de créations, résidences artistiques, productions de spectacles vivants,

Vie associative : organisation de repas / débats, des voyages et des échanges culturels,

 

Ambitions

Nouer et entretenir des partenariats, élargir notre réseau de collaborateurs, apprendre et partager des connaissances dans l’objectif du mieux vivre ensemble ici et ailleurs.

.


.
Présentation administrative et juridique
Présidente – Antoine MENDY
Trésorière – HENDERSON Francès
Chorégraphe – Ibrahima KONE
Assistante Chorégraphe – Magali GUIRAUD
Forme juridique – (Association loi 1901)
SIRET : 43324468800035
Code APE : 9499Z
Déclaration en préfecture le 08 septembre 2000 – sous le numéro : 0133095559
Publication au journal officiel sous le numéro 3217 – Déclaration N° 288 du 06 juillet 2002Notre historique
DOUSSOU (langue Bamana) signifie le cœur. Entendez, « à cœur vaillant, rien d’impossible » L’association fut créée le 08 septembre 2000 en préfecture des Bouches-du-Rhône à Marseille.

.